jeudi 27 février 2014

Barrier Marie-France Ranavalo derniére reine de Madagascar Balland 1996



Biographie écrite par une historienne , patentée , sensible à l'histoire des femmes ?
Date un peu, mais ce ne sont pas , les derniers ouvrages , romancés, sur ses amours ,sa vie intime , au gout du jour, qui la feront oublier
En ligne: biblio , TDM, chapitre 2 sur son couronnement,
Amusante sans étre blessante l'allusion à la pub sur biscuits Lu
Bien entendu, les limites entre vie privée ,et vie publique, se métamorphosent, et , nous en apprenons de belles sur toutes nos élites ,Flaubert ..








les petits biscuits de la reine 
au moment ou l'on consacre les foto de paparazzi, cliché étonnant , foto volée
-------------------
plus racoleur ,"mpandrobo"  
Sogno Pierre
Ranavalo Reine cruelle
Roman Ramsay 1990
la 4° de couv suffit pour s'en faire une idée



mardi 25 février 2014

TALOHA n° 20 2011 Le zébu dans la pensée malagasy

numéro 20

Le zébu dans la pensée malagasy

 http://www.taloha.info/sommaire.php?id=913


Article

AVANT PROPOS



Article

INTRODUCTION



Article

ESSAI D’ETABLISSEMENT DE L’HISTOIRE NATURELLE  DES BŒUFS A MADAGASCAR

Lucien Marie Aimé RAKOTOZAFY

Article

A propos d’un conte sur l’origine du bœuf

L. Modeste Rakotondrasoa

Article

Le zébu dans les traditions de la Commune de Sandrandahy, Fisakana Atsimondrano

Lucien Marie Aimé RAKOTOZAFY et Nelly Ranaivo Rabetokotany

Article

Ralambo et le zébu: leveur d’interdit ou promoteur de fady ?

Claude Allibert

Article

La problématique de l’application du droit en matière de vol de bœufs à Madagascar (1787-1960)

Ignace Rakoto

Article

Parents, parents proches et non parents : Commensalité et partage du zébu

Lolona Razafindralambo

Article

La viande de zébu ou hena omby dans les traditions malagasy

Bako Rasoarifetra

Article

Culture locale et interculturalité : conjugaison de la tradition, de la modernité et de la postmodernité. Exemple de la tauromachie dans la région Imoron’Imania Madagascar

Bruno Allain Solofomiarana Rapanoël

Article

Evolution des situations matérielles et innovation en milieu rural à Madagascar.(Le cas de la communauté villageoise de Vohitraivo, District de Vohibato, Région Haute Matsiatra)

Henri RASAMOELINA

Article

Les pratiques traditionnelles au service des paysans pour la prévention des vols de zébus. L’exemple du tatao et du tsitsika dans le district de l’Isandra, Haute Matsiatra

Mariona Rosés Tubau

TALOHA (n°20 2011) Les pratiques traditionnelles au service des paysans pour la prévention des vols de zébus. L’exemple du tatao et du tsitsika dans le district de l’Isandra, Haute Matsiatra Mariona Rosés Tubau


http://www.taloha.info/document.php?id=1160

Table des matières

Prévention des vols de bétail chez les agropasteurs bara de Madagascar Armelle de Saint-Sauveur IRD

http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010028405

http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers09-03/010028414.pdf

MADAGASCAR ETAT, COMMUNAUTÉS VILLAGEOISES ET BANDITISME RURAL Henri Rasamoelina ( Harmattan 2007 )



http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=24849

Henri Rasamoelina 

(Thése doctorat socio Perpignan 2000)

 Etat, communautés villageoises et banditisme rural : L'exemple du vol de boeufs dans la Haute-Matsiatra Madagascar


http://www.sudoc.fr/069698880

TALOHA Ignace Rakoto, Maître de conf, ICMAA. La problématique de l’application du droit en matière de vol de bœufs à Madagascar (1787-1960)

http://www.taloha.info/document.php?id=1153

Résumé 

Le vol de bœufs demeure une constante hantise à Madagascar. Il n’a plus rien à voir avec la tradition culturelle et la vision romanesque, comme celle propre à certaines sociétés du Sud de l’île, pour lesquelles le voleur est admiré voire vénéré tel un héros. Le vol actuel est de plus en plus lié au commerce. A certaines époques, on a vécu des vols de centaines de bœufs, s’accompagnant de destruction de maisons, d’abattage et de mutilation d’animaux sur place, et parfois de mort de victimes innocentes. Bref, l’insécurité liée au phénomène de vols de bœufs constitue un important blocage de l’activité économique et un obstacle au développement humain. Il apparaît dès lors primordial de trouver des solutions en profondeur pour juguler le vol de bétail. En guise de contribution à la réflexion sur ce fléau récurrent des campagnes malgaches, l’auteur pose une série de questions à discuter, avant de conclure par quelques propositions de solution.

Abstract

The theft of cattle remains a constant obsession of the agro stock breeders in Madagascar. It has nothing to do with the cultural tradition nor is it a romantic vision, as one that is peculiar to some communities of the South of the island for whom the thief is a hero who is admired and venerated. The theft today is increasingly commercialised. During a certain period, the theft of cattle was accompanied by the destruction of houses, slaughtering and mutilation of animals on the spot and sometimes the death of innocent victims. In short, the insecurity created by the phenomenon dahalo (thieves) constitutes an important blockage to the economic progress and an obstacle to the human development. It is therefore essential to find some in depth solutions to control the theft of the livestock in a tolerable manner. In this paper, we shall discuss some issues, before concluding by suggesting solutions.

Extracto

Tebiteby lalandava no iainan’ny mpiompy eto Madagasikara noho ny halatra omby. Efa tafahoatra lavitra ny voalazan’ny lovantsofina sy ny tantara na ny angano, ary mbola fahita any amin’ny fiarahamonina sasany any Atsimon’ny Nosy, ny fanindrahindrana ny mpangalatra omby ho toy ny maherifo. Efa lasa tafaray ankehitriny ny halatra omby sy ny varotra. Nisy aza fotoana nahitana halatra omby anjatony maro ombana fandravana tanàna, famonoana omby na fikapana ny tongony, ary indraindray fahafatesana olona tsy manantsiny.
Lasa sakana lehibe ho an’ny famoronan-karena sy ho an’ny fivelarana amin’ny mahaolona ny tsy filaminana ateraky ny halatra omby. Noho izany dia ilaina ny fitadiavana vaha-olana mba hisorohana ny halatra omby. Ho fandraisana anjara amin’ny dinika momban’io loza mby ankoditra any ambanivohitra io, dia mametra-panontaniana eto ary mitondra sosokevitra ny mpanoratra.

-------------------

Henri Rasamoelina

 Etat, communautés villageoises et banditisme rural : L'exemple du vol de boeufs dans la Haute-Matsiatra Madagascar

http://www.sudoc.fr/069698880

ce.

ORANGES SAUVAGES Nouvelles de Madagascar Marie-Elisabeth Crepin

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=11263&razSqlClone=1

Adieu Madagascar Geneviéve . Pfluger-Peyrot 2008 Edit. Persée

Veloma d'une Zanatany
autobiographie
Edit. Persée 2008
Ce livre , mis à part bien sur bibi fac de la Réunion,
http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SET=1/TTL=1/PRS=HOL/SHW?FRST=1
n'est consultable qu'au FEDAP Paris
L'un (e) d'entre nous va essayer de vous en cueillir quelques pages
http://catalogue.defap-bibliotheque.fr/index.php?lvl=author_see&id=4755
http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41214775z
Ce livre semble particulièrement recherché
Pour le mois passé ( septembre 2016 ) 207 visualisations,
alors que le post initial date de février 2014
consultations blog du jour (12/09 )


du mois précédent


Meningitis vaccine " MenAfriVac " safe outside of cold chain


Meningitis vaccine MenAfriVac safe outside of cold chain http://vaccinenewsdaily.com/vaccine_development/329892-meningitis-vaccine-menafrivac-safe-outside-of-cold-chain/

http://tinyurl.com/pkgaeg7
-------------
 http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140225.OBS7568/une-meningite-foudroyante-fait-trois-morts-a-nice.html 

chaleur
LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | |
Mener une campagne de vaccination dans un pays en développement peut se révéler une gageure lorsqu’il s’agit d’atteindre des populations isolées. Une des difficultés consiste à maintenir les vaccins au froid jusqu’au moment de l’injection, malgré l’absence d’équipements de réfrigération ou d’électricité pour les alimenter.
Une nouvelle étude, publiée le 18 février dans la revue spécialisée Vaccine, rapporte cependant des résultats encourageants : pour la première fois, un vaccin capable de résister plusieurs jours à des températures élevées a été utilisé avec succès, pour lutter contre la méningite au Bénin.
Ce vaccin, appelé MenAfriVac, a été mis au point au cours des années 2000 dans le cadre d’un partenariat entre l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’organisation PATH, qui développe des thérapies innovantes destinées aux pays du Sud. Il prévient la méningite à méningocoques de type A, une infection bactérienne de membranes appelées méninges qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Cette maladie entraîne une forte mortalité si elle n’est pas bien traitée, et peut laisser de graves séquelles chez les survivants, telles qu’un retard mental ou une surdité.
Des épidémies de méningite A frappent régulièrement l’Afrique, en particulier dans une région surnommée « ceinture de la méningite », qui s’étend du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Ethiopie à l’est. Près de 450 millions de personnes, essentiellement des enfants ou de jeunes adultes, risquent d’y contracter la maladie.
RÉSULTATS TRÈS PROMETTEURS
« Plus de 150 millions de personnes dans 12 pays ont reçu le MenAfriVac depuis les premières campagnes menées en 2010, et les résultats obtenus sont très positifs », se félicite la docteure Marie-Pierre Préziosi, directrice du « projet vaccins méningite » de l’OMS et PATH. Une étude menée au Tchad et publiée l’été 2013 dans la revue The Lancet a confirmé que le vaccin permettait non seulement de limiter la transmission de bactéries entre personnes contaminées, mais surtout d’éviter la survenue d’épidémies dans les populations vaccinées.
Lors des premières campagnes menées avec MenAfriVac, les personnels de santé s’attachaient à respecter la chaîne du froid. « Comme la majorité des vaccins, l’autorisation de mise sur le marché du MenAfriVac prévoyait qu’il soit conservé entre 2 oC et 8 oC, explique Michel Zaffran, coordonnateur du programme élargi de vaccination de l’OMS. Des observations nous laissaient penser qu’il pouvait rester stable à plus haute température, mais il fallait le prouver. »
Des études cliniques complémentaires ont donc été réalisées en collaboration avec la firme indienne qui fabrique le vaccin. Enfin, en octobre 2012, les autorités réglementaires indiennes et l’OMS ont donné leur accord pour que le MenAfriVac ne soit plus strictement réfrigéré, mais qu’il puisse être conservé jusqu’à quatre jours à température ambiante, sans toutefois dépasser les 40 oC ni être exposé directement au soleil.
Les premières vaccinations effectuées selon ce nouveau protocole ont eu lieu en novembre 2012 dans le district rural béninois de Banikoara et elles ont concerné plus de 150 000 personnes. L’étude publiée dans Vaccine rapporte que l’approche s’est révélée sûre et qu’aucun cas de méningite A n’est survenu par la suite dans les populations vaccinées. Elle témoigne aussi du haut degré de satisfaction des vaccinateurs, dont le travail s’est trouvé nettement facilité.
FRAIS RÉDUITS DE MOITIÉ
Par ailleurs, une autre étude, publiée cette fois dans le bulletin de l’OMS, a comparé le coût de la campagne menée au Bénin avec une autre réalisée au Tchad, avec des vaccins constamment conservés au réfrigérateur. Résultat, les frais étaient réduits de moitié avec les vaccins pouvant être gardés à température ambiante – passant à huit centimes d’euro par personne vaccinée.
« Ces résultats sont très prometteurs pour les campagnes de vaccination qui restent à accomplir avec MenAfriVac, notamment dans les zones désertiques », avance Marie-Pierre Préziosi.
« On soupçonne en fait plusieurs vaccins de résister hors réfrigération, mais les études de stabilité sont rarement effectuées par les fabricants. Il est positif que ces tests aient été réalisés pour MenAfriVac et validés par une expérience de terrain », estime pour sa part Blaise Genton, médecin chef du service des maladies infectieuses du CHUV à Lausanne.
Des essais seraient en cours pour savoir si d’autres vaccins, notamment contre la fièvre jaune et le choléra, restent également efficaces hors du frigo.

Séjour à Madagascar (tropical ) avec des enfants ?


https://picasaweb.google.com/114396436245895803512 
en ligne pour quelques heures
 Enfant voyageur Savoirs et soins infirmiers
mdr
Dadabe est sous étroite surveillance d'un groupe de vieilles qui guettent , ses lubricitées innocentes, le pauvre !!
Ce texte mis en post hier , recueille en 5minutes , plus de 60 connexions !!
Article d'une revue frickée,  trés protégée, autant que la zizique,
ausi nous ne le laissons en consultation que quelques heures
dispo pour toutes les "mamy" hypochondriaques , a la demande


@sainagasydadabe 
Enfant voyageur Savoirs soins infirmiers Palu 
article complet dispo à la demande lien privé, pièce jointe à mail sur Mada (.mg)
-----------------
à toutes les téméraires  mamy "cougar" qui harcélent Alika, 
sortez couvertes !! 
 --------------------
[Vol. 140 - N° 12S1 - p. 615]
Articles gratuits Une forme atypique de nodule de Sœur 


77%
S. Norotiana Andriamiharisoa, I. Ranaivo, V. Andriananja, L. Soavina Ramarozatovo, F. Rapelanoro Rabenja Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
@galaelle
 ----------------------------------------
Alika  ? 
meffi !! 
il ne se lave pas souvent les ..mains !!


Volume 12, Issue 5, May 2013, Pages 498–513
Review

Human rabies: neuropathogenesis, diagnosis, and management


Summary

Rabies is an almost invariably fatal disease that can present as classic furious rabies or paralytic rabies. Recovery has been reported in only a few patients, most of whom were infected with bat rabies virus variants, and has been associated with promptness of host immune response and spontaneous (immune) virus clearance. Viral mechanisms that have evolved to minimise damage to the CNS but enable the virus to spread might explain why survivors have overall good functional recovery. The shorter survival of patients with furious rabies compared with those with paralytic rabies closely corresponds to the greater amount of virus and lower immune response in the CNS of patients with the furious form. Rabies virus is present in the CNS long before symptom onset: subclinical anterior horn cell dysfunction and abnormal brain MRI in patients with furious rabies are evident days before brain symptoms develop. How the virus produces its devastating effects and how it selectively impairs behaviour in patients with furious rabies and the peripheral nerves of patients with paralytic rabies is beginning to be understood. However, to develop a pragmatic treatment strategy, a thorough understanding of the neuropathogenetic mechanisms is needed.



------------------------------------------
[Vol. 31 - N° S1 - p. A168]
Aspects des co-infections tuberculose/VIH au service de pneumologie du CHU d’Antananarivo

82%


-----------------

Vol. 31 - N° S1 - p. A103]
Les issues des retraitements de la tuberculose dans le service de pneumophtisiologie du CHU d’Antananarivo

82%
K. Ravahatra, J.R. Rakotomizao, J. Rakotoson, M. Tiaray Revue des Maladies Respiratoires

Vol. 31 - N° S1 - p. A170]
Aspects épidémio-cliniques de la tuberculose multirésistante au CHU d’Antananarivo

82%
J.R. Rakotomizao, D. Randriamanana, J. Rakotoson, M. Tiaray, A. Andrianarisoa Revue des Maladies Respiratoires
---------------------
[Vol. 31 - N° S1 - p. A157]
Coïnfection tuberculose/VIH dans la ville de Toamasina

82%
R. Andriamihaja, L. Razafindrakoto, J. Ratomaharo Revue des Maladies Respiratoires 
------------------

lundi 24 février 2014

Haja Resampa dans la LOI


ALERTE LOI
La délicate équation du choix d'un premier ministre
30 janvier 2014
IOLETF
....................

Il y a tout d'abord le président sortant Andry Rajoelina dit TGV avec lequel ses relations se sont fortement détériorées et dont le parti Mapar dispose d'un tiers des députés. TGV et ses partisans voudraient imposer à la primature un de leurs candidats : l'ancienne ministre de la justice, Christine Razanamahasoa, une Betsileo ; le secrétaire général sortant de la présidence Haja Resampa ; ou le leader du Mapar, Jean de Dieu Maharante. Mais, Hery est forcé de les récuser s'il veut marquer sa différence avec le précédent régime. L'ancien maire de la capitale, le businessman Edgard Razafindravahy, manœuvre depuis quelques jours pour se positionner comme un candidat de conciliation, susceptible de ne pas froisser TGV. Toutefois, une autre manière pour Hery d'éviter ce piège serait de maintenir à son poste l'actuel premier ministre Jean Omer Beriziky. Mais ce ne serait que partie remise.

.......
-------------
Camille Vital est très furieux
8 novembre 2013
Copyright 2013 Indigo Publications All Rights Reserved

.........................
 Rajaonarimampianina. Il a rappelé à son ami les harcèlements et les irrégularités dont il a été victime durant la campagne électorale, incriminant le secrétaire général de la présidence Haja Resampa et l'homme d'affaires Mamy Ravatomanga. Il a accusé les partisans de TGV et d'Hery de ne pas jouer franc-jeu. Il sera donc difficile de l'amener à se rallier à Hery au second tour de scrutin.
-----------------------
POLITIQUE & POUVOIRS
Les alliances électorales se mettent en place
13 septembre 2013
Copyright 2013 Indigo Publications All Rights Reserved
....................
 Enfin, il dispose de l'appui en sous-main de certains ministres pro-TGV, comme Jean André Ndremanjary (enseignement) ou Harry Laurent Rahajason dit "Rolly Mercia" (communication). Ses connections chez les côtiers s'étendent également à son directeur adjoint de campagne Mohamed Rachidy et au secrétaire général de la présidence Haja Resampa. Par contre, rien ne dit qu'il réussira à rassembler derrière lui le parti TGV (formation de Rajoelina) dont de nombreux militants restent fidèles à Camille Vital ou à Edgard Razafindravahy. Ce dernier, après avoir longtemps hésité, va se lancer dans la compétition avec le soutien indéfectible de son cousin et bras droit, Anjy Paul Ramanamihantatsoarana, et de son tout nouveau directeur de campagne, Tsialiva Rajaobelina, le président de la Fédération malgache de tennis.

.........................;;
-------------------
 TGV veut inaugurer son hôpital
1 février 2013
Copyright 2013 Indigo Publications All Rights Reserved
..............
. La société d'Alain Moyon, qui estime ses pertes à 1,2 milliard d'ariary (407 000 €), a remporté son procès en première instance, mais s'attend à ce que Hery Be fasse appel. En outre, le secrétaire général de la présidence, Haja Resampa, avait demandé en mai au Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) d'enquêter sur Assist Development, qui, s'estimant dans son bon droit, attend maintenant les résultats de cette enquête.
-------------------------------
 Les collecteurs de fonds de TGV
12 mai 2012
Copyright 2012 Indigo Publications All Rights Reserved
....................

Une affaire de gros sous, digne d'un roman policier, plane au-dessus du contrat de construction d'un hôpital à Antananarivo financé par la présidence malgache grâce aux fonds de la société chinoise Wisco (LOI nº1305). Il y a plusieurs semaines, l’architecte de ce projet, Mamy Andriamanalina, patron du cabinet AD2 (LOI nº1303), a informé Alain Moyon, patron d'AssistDevelopment, la société attributaire du contrat, que le secrétaire général de la présidence, Haja Resampa, demandait à tous les adjudicataires des contrats de construction de ces hôpitaux à Madagascar, sauf à la firme française Colas, de bien vouloir reverser chacun 2 milliards d'ariary (750 000 €) aux services du président de la Haute Autorité de transition (HAT), Andry Rajoelina, dit TGV, qui manquent de fonds (LOI nº1324)
...................
----------------------
 Les rivaux de SRDI sortent du bois
28 janvier 2012
Copyright 2012 Indigo Publications All Rights Reserved
........................

Avant d'être arrêté, Akiva a cherché à entrer en contact avec des responsables de l'ACM et avec le secrétaire général de la présidence, Haja Resampa. Il a également eu un bref entretien avec un dirigeant de Brink's Madagascar, une firme dont l'homme d'affaires Ylias Akbaraly, patron du groupe Sipromad, est actionnaire minoritaire. Akiva aurait également été en contact avec Jean-Luc Vital, le frère de
.....................
--------------------------
 TGV s'en prend aux pétroliers à Madagascar
18 juin 2011
................

Thierry Gauthier, le patron de Total Distribution à Madagascar, était convoqué à son tour en début d'après-midi le 16 juin. Dans la matinée, il s'est réuni avec ses collaborateurs afin de confectionner un dossier prouvant que Total n'avait pas organisé de pénurie de produits pétroliers. A tout hasard, l'ambassadeur de France, Jean-Marc Châtaigner, a signalé au secrétaire général de la présidence malgache, Haja Resampa, qu'il se souciait du sort de Gauthier. Toutefois, il semble que ce soit surtout Benjamin Memy, de la compagnie Jovenna, qui soit tout particulièrement dans la ligne de mire du puissant ministre des mines, Mamy Ratovomalala.
--------------------------------------
 Andry Rajoelina se voit déjà élu président
21 mai 2011
Copyright 2011 Indigo Publications All Rights Reserved

..........................;

Les courtisans sont toujours là - TGV et son entourage ne pensent plus qu'à une seule chose : décrocher un soutien de la SADC afin d'aller très rapidement vers une élection qui leur permettra de rester au pouvoir. Et comme nombre de ses "courtisans" lui ont été - et lui seront encore - indispensables pour financer ses activités politiques, TGV ne peut se les mettre à dos. C'est bien ce qu'a révélé le scénario de la nomination avortée de Paul Maillot. En fait, le décret de sa nomination, paraphé par TGV le 4 avril, n'a jamais quitté les tiroirs du bureau du tout-puissant secrétaire général de la présidence, Haja Resampa. C'est lui et l'influent conseiller Norbert Ratsirahonana qui ont convaincu TGV de lâcher Maillot, 
.......................;
-------------------------------------------------------
 Un Saint-Cyrien qui fait des vagues
30 avril 2011
Copyright 2011 Indigo Publications All Rights Reserved
.........................;
. Il faut dire que Maillot, qui n'est pas un fervent partisan de Vital, a pas mal d'ennemis dans les rangs des dignitaires du régime de transition malgache. Le plus opposé à sa nomination a sans doute été Norbert Ratsirahonana, l'influent conseiller de TGV. Haja Resampa, le secrétaire général de la présidence, n'apprécie pas non plus beaucoup Maillot. Leurs réticences à sa nomination étaient sans doute dues au fait que Maillot n'appartient pas vraiment au sérail de l'équipe de la Haute Autorité de transition (HAT), mise en place à l'arrivée au pouvoir de TGV en 2009.

............................
-----------------------
 Haja André Resampa
19 mars 2011
............................
. Il est d'ailleurs à la tête d'une sorte de clan familial qui possède des ramifications dans plusieurs services de sécurité. Organès Rakotomihantarizaka, ministre sortant de la sécurité intérieure, est ainsi l'oncle direct d'Haja Resampa, tandis que le nouveau directeur de la sécurité présidentielle, le colonel Julien Ravelomihary, un gendarme d'élite, est son cousin germain. Charles Nakany, chef de la Direction de la sécurité du territoire (DST), est le fils du commissaire Ferdinand Nakany, à la fois proche parent et collaborateur du défunt père d'Haja Resampa, lorsque celui-ci était ministre de l'intérieur de feu le président Philibert Tsiranana.

Enfin, Bertrand Tinoka, le directeur de cabinet de Félix Malazarivo, le ministre sortant de la communication, est lui aussi un cousin germain d'Haja Resampa.
------------------------
 TGV joue au chat et à la souris avec la SADC
19 mars 2011
Copyright 2011 Indigo Publications All Rights Reserved

.................................
 En retour, la SADC n'aurait pas avalisé le choix de Vital, mais sans y opposer pour autant son véto. Malgré cela, les partisans de Vital se sont activés à Antananarivo jusqu'au dernier moment pour verrouiller la décision de TGV, le 16 mars. Ce clan est principalement composé de Norbert Ratsirahonana, du Franco-Malgache Patrick Leloup et du secrétaire général de la présidence, Haja Resampa. Un deuxième cercle, formé des deux Mamy - Ravatomanga, le patron de Sodiat, et Ratovomalala, le ministre des mines -,
......................
Or l'enquête initiale sur cette affaire menée par la gendarmerie du colonel Charles Ravalomanana s'orientait vers de toutes autres conclusions, jusqu'à ce que la Direction de la sécurité du territoire (DST), dirigée par Charles Nakany, un parent d'Haja Resampa, reprenne le dossier en mains et charge Mamy. Une procédure judiciaire qui a été perçue à Paris avec "une certaine préoccupation".
..............................

Ramoamina, contes betsimisaraka de Madagascar Monique Djistera

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42137

A la pêche aux businessmen français //Louis de Mon Désir Razafisambatra | Nambinintsoa Rabenarison | Philippe Gross | Hery Rajaonarimampianina | Pierre Moscovici | Terfield Group


AFFAIRES & RESEAUX
A la pêche aux businessmen français
183 mots
7 février 2014
IOLETF
1373
Français
Copyright 2014 Indigo Publications All Rights Reserved
Deux Malgaches s'affirmant mandatés par le président Hery Rajaonarimampianina ont démarché, cette semaine, un homme d'affaires français.
Après plusieurs contacts préalables, Louis de Mon Désir Razafisambatra et Nambinintsoa Rabenarison, se sont retrouvés le 5 février à Paris dans les bureaux privés de l'homme d'affaires français, Philippe Gross. Les deux hommes, qui ont exhibé un mandat officiel émanant du président Hery Rajaonarimampianina, ont proposé à Gross d'investir à Madagascar et de démarcher les institutions internationales pour trouver des financements. Rabenarison devait reprendre l'avion pour Antananarivo dès la fin de cette semaine pour rendre compte de sa mission.
Ami d'enfance du ministre français de l'économie et des finances, Pierre Moscovici, et patron du Terfield Group, Gross réside en Italie et possède des sociétés enregistrées à Londres et à Genève. Elles concernent trois domaines d'activité: le fonds d'investissement, la production d'équipements métalliques pour l'industrie pétrolière et gazière, la communication institutionnelle pour le compte de chef d'Etats et de ministres.
-------------------

24/02/2014
MADAGASCARL'équipe du nouveau président prend forme
L'avocat malgache disposant d'un cabinet à Paris Henry Rabary-Njaka, ami d'Hery Rajaonarimampianina depuis une quinzaine d'années, est l'homme fort de (...)   [253 mots]   [5,2€]
CITÉS DANS CET ARTICLE : Henry Rabary-Njaka | Hery Rajaonarimampianina | Nicole Andrianarivoson | Jaobarison Randrianarivony | Media Consulting | Mohamed Rachidy | Air Madagascar | James Andrianalisoa ➔ Voir les 16 mots-clés 

Enfant voyageur Savoirs et soins infirmiers







Enfant voyageur


P. Bourée a, b  : Professeur au Collège de Médecine

a Unité des maladies tropicales, Hôpital de Bicêtre, 94275 Kremlin-Bicêtre, France 

b Institut Alfred Fournier, 25, boulevard Saint-Jacques, 75014 Paris, France 

Résumé

Les voyages en pays tropicaux, qu'ils soient 
touristiques ou professionnels, apportent 
un dépaysement complet, mais les conditions
 climatiques et sanitaires locales nécessitent 
de prendre certaines précautions. Ces notions 
de risques sont encore plus importantes chez 
 les enfants qui voyagent, qu'il s'agisse d'enfants 
accompagnant leurs parents en circuit touristique 
ou d'enfants venant voir ou revoir leur famille 
et donc s'intégrant aux activités locales 
des autres enfants du groupe. 
Aussi, est-il très important de prendre 
le maximum de précautions 
(vaccins, prévention du paludisme, 
conseils d'hygiène alimentaire). 
Un bilan de retour est toujours utile, 
surtout si l'enfant a présenté des symptômes
 sur place ou au retour.

Mots-clés : Voyages outre-mer, Vaccinations,
 Paludisme, Fièvre jaune, Diarrhées, Hyperéosinophilie

--------
Le paludisme, transmis par la piqûre de l'anophèle femelle,
 provoque un syndrome fébrile pouvant évoluer vers un accès
 pernicieux et l'issue fatale dans le cas d'infestation 
par Plasmodium falciparum . D'après l'Organisation mondiale 
de la santé (OMS), il y aurait environ 300 à 400 millions de malades
 chaque année et 1 à 2 millions de décès, dont une majorité d'enfants.
 Aussi les mesures préventives sont-elles indispensables
. En fonction de l'importance de la chloroquinorésistance,
 l'OMS a établi les zones I (faible résistance), II (forte résistance) 
et III (multirésistance), ce qui entraîne une chimioprévention
 adaptée à chaque zone (Tableau 2 ) et naturellement au poids
 de l'enfant. En outre, la consultation de pédiatrie pour 
la préparation des voyages doit rappeler que la prophylaxie
 contre le paludisme est également indispensable pour les parents 
(Tableau 3 ). En outre, il faut dormir sous moustiquaire et emporter 
des produits répulsifs à mettre sur la peau (produits à base de 
moins de 30 % de N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide [DEET]),
 à partir de l'âge de 30 mois. Mais dans l'ensemble, 
la chimioprophylaxie chez l'enfant n'est correcte que dans 38 % des cas 10

--------


Tableau 2 - Répartition géographique des zones de chloroquinorésistance (Bulletin épidémiologique 
hebdomadaire , 2011).
Groupe I
Pas de chloroquinorésistance
Prophylaxie recommandée : Nivaquine®
---------------------------------

Madagascar et les mines de la tentation Philippe MANJOTEL

http://www.les2encres.net/pages/ouvrage.php?template=ouvrage_detail&ouv_id=403
et les mines de la tentation 
 Philippe Manjotel

MADAGASCAR ÎLE MEURTRIE Impressions de campagne d'un capitaine 1947-1949 Serge BOUCHET de FAREINS - n

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=41676

Serge BOUCHET de FAREINS  
 ÎLE MEURTRIE Impressions de campagne d'un capitaine 1947-1949

Madagascar Recueil de dessins André S. Labarthe





http://www.r-diffusion.org/index.php?ouvrage=LIM-08


@sainagasydadabe
Recueil de dessins 
André S. Labarthe 

PLURILINGUISME FRANCOPHONIE ET FORMATION DES ÉLITES À MADAGASCAR (1795-2012) De la mixité des langues Velomihanta Ranaivo

 
de la mixité, francophonie 
  à 
Velomihanta Ranaivo PLURILINGUISME FRANCOPHONIE FORMATION ÉLITE
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42160

Petit abécédaire d'une Française à Madagascar Gisèle PERRAS

http://www.editions-baudelaire.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=Gis%C3%A8le+Perras

Géopolitique et environnement Les leçons de l’expérience malgache RAKOTO RAMIARANTSOA H., BLANC-PAMARD C., PINTON F.,

http://www.ird.fr/editions/catalogue/ouvrage.php?livre=674#

vendredi 21 février 2014

Rapport accaparement des terres 2013

https://picasaweb.google.com/114396436245895803512

un livre avant de ..mourir : K. Sello Duikerrir ? La Sourde Violence des rêves (The Quiet Violence of Dreams)

La Sourde Violence des rêves 
 (The Quiet Violence of Dreams)
  K. Sello Duiker                                                            
traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Jean-Yves Kruger-Katelan, Vents d’ailleurs, « Pulsations », 496 p., 23 €.
 http://abonnes.lemonde.fr/livres/article/2014/02/20/odyssee-sud-africaine_4370040_3260.html
 
Bien sûr qu’on lui en veut. Treize ans ont passé depuis que Kabelo Sello Duiker a jeté son (gros) pavé dans la mare : en 2001, La Sourde Violence des rêves était publié chez Kwela Books, belle maison d’édition sud-africaine. Portrait époustouflant de la jeunesse du Cap, ce récit-fleuve, plein de mélancolie, de fureur et de sexe, allait devenir un livre culte. Il est enfin traduit.
Salué comme l’un des grands romans de l’ère post-apartheid, signé, qui plus est, par l’un des rares écrivains noirs de la génération Mandela (l’auteur avait 20 ans quand l’ancien prisonnier de Robben Island fut élu président, en 1994), La Sourde Violence des rêves reçoit l’année suivante le prix Charles Bosman, l’un des plus prestigieux du pays. Mais le film s’arrête là – inachevé. De quoi frustrer des bataillons de lecteurs. En janvier 2005, K. Sello Duiker, qui, à l’image de son héros, le fragile Tshepo, use et abuse de drogues diverses, tire brutalement sa révérence.
Son suicide est un choc, bien au-delà du cercle familial ou amical : « Quand il est mort, nous avons cru que la littérature sud-africaine noire était finie », résumera le romancier Niq Mhlongo. Né à Soweto, en 1974, dans une famille aisée, K. Sello Duiker a grandi au Cap et a passé plusieurs mois en Europe, au Royaume-Uni et en France, notamment. Son écriture – marquée par ses expériences de reporter-journaliste, puis de scénariste pour la télévision – est celle d’un amoureux de la littérature, branché sur l’actualité, les cultures urbaines. Peu après sa mort, un ouvrage collectif, Words Gone Two Soon, est publié en son hommage et en celui du poète Phaswane Mpe, disparu « trop tôt » lui aussi.
Loin de retomber, l’admiration pour l’œuvre (à peine esquissée : trois romans) de K. Sello Duiker grandit et s’étend peu à peu au-delà des frontières : La Sourde Violence des rêves est d’abord traduit en néerlandais, puis en italien et en allemand ; finalement en français.
LABYRINTHE MENTAL
Qu’y a-t-il donc, dans ce roman de K. Sello Duiker, son deuxième, après Thirteen Cents (publié sous ce titre, en France, Yago, 2010), de si fort, de si renversant ? C’est dans un asile psychiatrique, où il subit la « compagnie minable » des autres patients, que Tshepo, 23 ans, enfermé pour « troubles psychotiques induits par le cannabis », se retrouve, dès les premières pages. La description, à la fois délirante et minutieuse, de l’univers asilaire et de ses habitants est impressionnante. Les réalités de l’institution, en même temps que l’oppressant labyrinthe mental du narrateur, s’offrent au lecteur sans fard – et sans manichéisme.
Autre sujet tabou, plus sensible encore, auquel s’attaque La Sourde Violence des rêves : la sexualité des jeunes Sud-Africains et, en particulier, l’homosexualité masculine – avec ses « salons de massage », ses bars, ses lieux de drague. Devenu prostitué de luxe, Tshepo prend le pseudonyme d’Angelo. La plupart de ses clients sont des Blancs. Ses collègues de tapin aussi. Il s’interroge. Sur la « culture noire », si « rigide » à l’encontre des homosexuels : « Des conneries », songe-t-il. « Il y a longtemps, bien avant les Blancs, les gens étaient conscients des zones troubles. Forcément. » Tshepo/Angelo ne conclut pas, il se questionne sans cesse, se construit à tâtons, sillonnant les rues du Cap, explorant les bas-fonds – ville de l’enfance qu’il quittera finalement, lui préférant Johannesburg.
Roman d’apprentissage, La Sourde Violence des rêves embarque le lecteur dans un voyage à plusieurs voix. Il y a celle de Tshepo, d’abord, qui « filme » et raconte, façon cinéma-vérité, ses errances – de l’asile psychiatrique aux hôtels luxueux de Camp Bay, en passant par les townships et leurs enfants cruels –, évoquant les viols collectifs, les braquages et les agressions, qui font l’ordinaire des Sud-Africains les plus pauvres. Mais il y aussi l’inoubliable Mmabatho, amoureuse et bourrue, en quête d’elle-même, comme Tshepo. Et le mutique Zebron, au passé criminel, dont le duo/duel avec une vieille psychiatre afrikaner est un modèle de finesse. Sans oublier le doux Karel, Sebastian le rêveur et les ignobles Chris ou Jacques…
De ce roman « total », où l’on croise des foules de jeunes étudiants, des bandes de rastas allumés, un papa mafieux, des makwere-kwere (terme péjoratif désignant les Africains étrangers), la silhouette de Picasso et une touriste norvégienne, le lecteur sort épuisé, ébloui et grandi.
Avant de disparaître, K. Sello Duiker a eu le temps d’écrire un troisième roman, Hidden Star. Il a surtout eu le génie de donner à la littérature sud-africaine un souffle de vie et de jeunesse – jusqu’à ce jour inégalé. Il faut le lire et l’en remercier. Sans rancune…